Je me souviens des vaisseaux, par Tesha Garisaki

Kindle

Crédits Wikimédia

[24 heures de la nouvelle 2017 : Un moyen de transport doit être important pour l’intrigue.]

La première fois que ces vaisseaux sont apparus, c’était dans le ciel de Dubaï, 5mn avant l’explosion de la Burj Khalifa, et ils sont repartis juste après.
En toute logique, on a cru à des vaisseaux extraterrestres, et qu’ils étaient responsables de l’attaque sur la tour. Sauf que l’attentat fut revendiqué le lendemain par je ne sais plus quelle branche de rebelles – il y en avait tellement, à cette époque, qu’on finissait par ne plus savoir qui était qui. Ça nous a plongés dans la plus grande confusion.
Moi, à cette époque-là, je travaillais dans une boutique de cupcakes à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle. De la terrasse, on avait vue sur les écrans géants qui donnaient les infos aux gens de la salle d’attente. J’ai vu les gens s’approcher de plus près, mettre la main devant leur bouche et s’agripper les uns aux autres. Alors j’ai quitté mon comptoir et je suis allée voir les images qui tournaient en boucle. Je suis de la génération qui a connu le 11 septembre, alors j’ai tout de suite compris à quoi je devais m’attendre. Mais jamais je n’aurais imaginé ces vaisseaux. Il n’y en avait qu’un, rond, d’un métal gris-vert, et ce qui semblait être de grandes baies vitrées. Il se découpait au-dessus de la tour, et formait un étrange contraste avec le rose poudré du sable en contrebas, et le bleu turquoise de la mer. J’ai juste eu le temps de me dire que ça faisait penser à l’étoile noire, et boum ! J’ai vu la tour exploser.
Cette explosion, on l’a vue sous tous les angles dans les jours qui suivirent : on était plus à l’époque du 11 septembre, et la scène avait été filmée par de nombreux téléphones et par des drones, en full HD. Après la déclaration des terroristes, on a pu constater que oui, effectivement, la tour explosait par le bas, ce qui supposait des charges explosives dans les sous-sols et les fondations. Il n’y avait pas de rayon laser en provenance du vaisseau, pas même un pet de lapin. Et puis, les vidéos fleurissant de partout sur internet, des gens un peu calés en analyse d’image ont pu faire des zooms qui nous ont permis d’y voir d’un peu plus près.
Une bonne partie du vaisseau, la part la plus basse de la sphère, était bel et bien constituée de baies vitrées. Plus on zoomait, plus c’était flou, mais quand même, on reconnaissait bien des silhouettes humanoïdes derrière le verre. Il semblait que certains bougeaient, ou se dandinaient d’un pied sur l’autre. Ils ne donnaient pas une impression d’agressivité, en tout cas. Ils donnaient l’impression d’être juste venus pour regarder.
L’événement était dans toutes les bouches. Ce n’était pas tant l’explosion de la tour – blasés, du déjà-vu, horrifiés de notre propre indifférence – que ces êtres venus mater, pour repartir juste après. Qu’est-ce qu’ils nous voulaient ? Ça en devenait même sordide : des inconnus se mettaient à en parler spontanément dans le métro, ça finissait en embrassades, en prières collectives, ça dégoulinait de bienveillance et d’esprit de corps comme jamais il ne m’avait été donné de le voir.
Ça a donné lieu au scandale des Lois Iniques de 2037 – les mecs avaient profité qu’on avait le dos tourné pour passer un max de lois contraires à la constitution européenne. On ne l’a découvert que le mois suivant en découvrant nos fiches de paie avec le Nouveau Salaire Minimum Égalisé. Ça a éclipsé la question des vaisseaux pendant quelques années.

La frénésie nous a repris dix ans plus tard, quand une nouvelle sphère est apparue au-dessus de Moscou. Ça a mis le monde dans un état vraiment bizarre, parce que là, elle n’est pas restée dix minutes, comme la précédente. Elle est arrivée la veille des attentats.
Pendant 24 heures les gens ont donc pu photographier et filmer à loisir  (au lieu de se barrer), pendant que les cellules antiterroristes russes se mettaient sur le pied de guerre, avant que le réseau de métro n’explose. Ça n’a pas explosé en un coup, pas cette fois : les attentats se sont succédé sur les différentes lignes toute la journée, ravageant les alentours, et faisant des dizaines de milliers de morts. Sur internet, des témoins coincés en ville témoignèrent de leur angoisse : voyant le vaisseau toujours dans le ciel, ils devinaient qu’il y avait encore d’autres explosions à venir, mais ne savaient pas où ni quand.
Je faisais du camping en forêt, à ce moment-là, et je ne l’ai appris qu’en rejoignant la civilisation. Ça me choque toujours de penser à comment j’étais bien, vraiment bien sous ma tente, entourée d’une chape de vert apaisante, tandis qu’ailleurs, dans le monde et sur internet, les gens vivaient intensément ce moment, suspendus à la moindre nouvelle info. Moi, j’ai tout pris d’un coup, j’ai passé une journée à regarder photos et vidéos, pour voir ce que tout le monde avait vu avant moi : de l’autre côté des baies vitrées, c’étaient des êtres humains comme vous et moi.
Ça a donné lieu a des hypothèses folles, et on a pu constater le nombre incroyable de sectes qui s’étaient développées pendant des années sans qu’on s’en inquiète. Elles avaient littéralement proliféré, et cette seconde apparition de vaisseaux a été du pain béni pour elles.
Dieu était un extraterrestre. Nous en étions des clones. Fais à son image.
Nous vivions dans une simulation informatique, et nous contemplions les admins par la grâce d’un bug.
Les gens du vaisseau sont des anges et viennent chercher les âmes des victimes de catastrophes.
Des touristes venaient du futur contempler notre ligne temporelle. La physique quantique pouvait tout expliquer. J’en passe et des meilleures.
Mais les gens oublient vite. J’étais en retraite depuis peu quand le troisième vaisseau a fait son apparition au Japon. Aussitôt, l’armée a été mobilisée, les civils évacués, les endroits stratégiques de Tokyo passés au peigne fin, mais en vain : cette fois-ci, c’est un tsunami qu’annonçait le vaisseau. Il y a des images de cet événement qui me hantent encore.
Ils me hantent encore plus depuis qu’un quatrième vaisseau s’est installé au-dessus de ma ville. Je le vois depuis ma fenêtre.
Je suis trop vieille pour paniquer. Mais quand même, je me demande ce qui pourrait bien arriver à une ville comme Saint-Brieuc. On se trouve sur une falaise de granit, à l’abri des vagues. Je ne vois pas ce que des terroristes pourraient avoir à faire de nous. Bon, par contre, parfois, on a des tempêtes.

Enregistrer

Kindle

18 thoughts on “Je me souviens des vaisseaux, par Tesha Garisaki

  1. Ah putain la chute est excellente xD je sais que t’avais dit que ça casserait pas trois pattes à un canard, mais quand c’est bien écris, c’est bien écris, alors moi je dis bravo, j’ai kiffé !

  2. Oh mon dieu x’DD Ta nouvelle m’a fait hurler de rire.
    Déjà, j’adore ta manière de raconter, ce ton assez ironique et spécial qui donne tout de suite l’ambiance. Par exemple, le fait que tu décrives les petits détails (comme le magasin de cupcakes à l’aéroport) ou même que tu penses à ce genre de truc (le fait que les images seraient en HD ou que les politiciens font passer les lois quand tout le monde a le dos tourné).. Ca donne un aspect absurde par moment et bizarrement aussi très satyriques. Les interventions du narrateur qui raconte sa petite vie aussi.
    Ca m’a vraiment fait une drôle d’impression. A la fois, ce que je lisais était absurde et drôle, et à la fois je reconnaissais totalement le comportement des gens, cela me paraissait crédible.
    La description des vaisseaux spatiaux et des aliens est assez farfelue, j’ai bien aimé. Les théories de sectes également et celle des aliens touristes a du sens (même si on ne sait pas si c’est vrai ou non).

    En somme, c’est ce mélange d’absurde et de satyre, ta manière de raconter, tes détails bien posés.. qui m’ont vraiment plu et j’ai adoré cette nouvelle.

  3. Tout ce qu’il faut, là où il faut. Classique certes, mais diablement efficace. L’absurdité des attentats est mise en abyme pas une absurdité supérieure. Chapeau !

  4. Ça fonctionne bien, l’humour fait mouche, avec ce ton mordant/grinçant particulièrement savoureux ! On a l’impression que tu t’es bien faite plaisir à l’écrire !

    • J’avoue… ça me fait ça à chaque fois aux 24 heures : je pars sur une idée à moitié sérieuse, mais comme j’ai pas le temps de pondre 60k, j’écris ça très léger (ça me donne toujours l’impression de très mal écrire), et assez vite je raconte des conneries. Bref 🙂

  5. Très bien écrit, on est bien immergé dans le récit, tant dans celui des évènements majeurs que dans celui de la vie du narrateur. Et j’ai adoré la chute, très bien amenée.

    • Ben je voulais faire quelque chose d’un minimum réaliste, et notre monde est déjà bien rigolol :p

  6. J’ai adoré !
    Une bonne SF dans notre monde, avec un léger ton grinçant/drôle… Et là chute est tellement brève mais tellement bonne du coup !
    Hop, directement dans mes favorites !

Laisser un commentaire