Shan Theli, par Tesha Garisaki

Kindle

[24 Heures de la Nouvelle 2014 : Un animal, sous quelque forme que ce soit, devait jouer un rôle au moins mineur dans la nouvelle.]

Chaîne de fer lourde / Tony Lozano / Wikimedia Commons

Je cours entre les arbres en priant pour qu’il ne soit pas trop tard. Todora ! J’arrive, tiens bon ! Mon cœur se serre alors que je pense à elle. Qui sait ce qu’elle subit en ce moment, ma belle Todora ? Ne pas le savoir me tue. J’espère qu’elle est toujours vivante. Mais l’idée qu’elle soit déjà morte me terrifie. J’accélère.

C’est à ce moment que je comprends combien ma vie sans elle serait vide de sens. Il a fallu six mois seulement pour qu’elle fasse partie de moi. Non : six mois pour que j’en prenne conscience. Todora et moi étions faits pour ne devenir qu’un. Mes ennemis, quels qu’ils soient, l’ont bien compris : s’en prendre à elle, c’est s’en prendre à moi. Je… refuse ! Et j’accélère.

Ils goûteront de ma vengeance. Je les exterminerai tous jusqu’au dernier. Mais d’abord, la sauver, elle.

Je me fatigue à grimper cette colline interminable, mais je dois être là-haut au plus vite. Je voudrais déjà y être, pour être sûr qu’elle va bien. Il me faudrait des ailes.

Exhiber mes tatouages de Theli me rebute, mais je n’ai guère le choix. Tant pis si je révèle une information à mes ennemis. Il n’en survivra pas un seul pour répéter ce qu’ils auront vu. J’arrache ma chemise, expose mon corps à la lueur de la lune qui filtre sous le feuillage des arbres. Le picotement sur ma peau m’indique que les tatouages apparaissent : bien, c’est bien. Je devrais attendre un peu, mais je ne peux pas. Je déclenche les signes marqués sur mes omoplates. La lumière de ma propre magie m’éblouirait presque. Qu’importe. Je sens les ailes de lumière se tracer. Elles modifient la couleur de la magie, qui se reflète sur les sombres troncs de la forêt.

Bleue. Ma magie est bleue. Tout va bien. Je m’élance, traverse les houppiers, et survole la colline.

Je vole rarement : à vrai dire, d’habitude, j’ai le vertige. Mais ce soir cela n’a plus d’importance. Seule Todora compte.

Je la vois ! Ou plutôt, je devine où elle se trouve. Tout en haut de la colline je distingue des mouvements, un rassemblement de…

Merde…

Ils sont des centaines. Des démons de papier. Je les reconnais à leur silhouette grossière. Quelqu’un, quelque part, découpe des ribambelles de bonshommes et les jette dans un cercle magique. Ils prennent forme ici, sur la colline. J’en ai déjà combattu, ils ne me font pas peur. Chacun fait ma taille, mais avec mon épée, je vais les couper sans problème. Par contre, leurs bords sont coupants. Très coupants. Ils pourraient faire beaucoup de mal à Todora. La crainte me submerge. Je me ressaisis. Je dois faire ce que j’ai à faire, sans me poser de questions. D’où me vient cette peur ? De Todora elle-même, sans doute. De ce qu’elle représente pour moi.

Le ciel s’obscurcit. Je tourne la tête pour réaliser qu’un nuage de larves file droit sur moi. Ils n’y vont pas de main morte ! Si je les laisse m’approcher, les démons suceront tous mes espoirs, toute ma volonté, et je ne serai plus en mesure de venir en aide à Todora. Je dois sortir le grand jeu.

Je dégaine mon épée et je plonge en piqué. J’atterris sur le sol meuble de la colline. Je lève les yeux : Todora est là, vivante. Attachée à un arbre par de lourdes chaînes, les bras à l’horizontale, maintenus par des cordes aux troncs voisins. Elle me regarde. Je lui souris, malgré mon angoisse. Je glisse les doigts sur ma lame. Les tatouages de mon index y laissent une traînée de feu. J’éteins mes ailes de lumière, elles ne me servent plus à rien et j’ai besoin de magie pour propager l’incendie chez mon ennemi de papier.

Je les entends murmurer : Nous sommes trop nombreux. Tu n’y parviendras pas. Mais je connais leur méthode. Ils savent que leur atout est le nombre, ils ne cherchent qu’à me décourager. Si je les laisse faire, quand les larves arriveront, elles n’auront plus qu’à se repaître de mon désespoir. Il en est hors de question. Je taille, je taille, je taille à tout va. Les silhouettes blanchâtres s’effondrent les unes après les autres en se consumant. Je ne m’accorde aucun répit, pas même pour jeter un coup d’œil à Todora. Savoir qu’elle est là, et qu’elle a besoin de moi suffit à m’insuffler l’énergie dont j’ai besoin. J’en viens à bout… J’en viens à bout… L’un après l’autre… J’en viens à bout.

L’obscurité gagne la forêt. Un fluide glacial se répand le long de mon épiderme. Les larves cachent la lueur de la lune : j’ai perdu l’usage de mes tatouages. Ma lame s’éteint. Qu’importe ! Elle coupe toujours ! Je continue ma besogne. Le sol se recouvre de bouts de papiers déchirés, de démoniaques feuilles mortes qui se teintent de la couleur de l’humus. Je marche dessus, comme pour accélérer leur pourriture.

Mais à quoi bon ? J’en viens à bout, mais les larves fondent sur moi. Je les vois distinctement, maintenant, ces esprits fantomatiques. Ils se collent à moi, me susurrent des paroles de désespoir à l’oreille. Tu as déjà perdu. Tu vas mourir, petit magicien. Nous te dévorerons. Et nous dévorerons son âme, à elle.

Non ! Non ! Pas elle ! Je me fiche de ce qu’il adviendra de moi. Mais elle, je dois la sauver !

Alors je décide de tout donner. Je joins les mains et je clame le grand formulat d’exorcisme. Qu’importe s’il me vide de ma magie. Le formulat s’utilise quand la cause est juste. Et le ciel m’en est témoin, elle l’est.

« Doren Shakmakar tyrien salud, namar udalivd nyekem savejhian, atilaniam touraniyeh takalakarym, dürishüliryeh tabakalif. »

Je tourne mon regard vers Todora. Si je dois mourir, ce doit être en la contemplant. La magie me submerge, non, elle se concentre pour mieux quitter mon corps. La vague se répand sur les larves en un premier assaut. J’entends les cris des bestioles me vriller les tympans, le hurlement de Todora, je crois que je crie, moi aussi.

Je pose un genou au sol alors que la vague reflue. Ce n’est qu’un court répit : il reste des larves et ma magie les attaquera tant que j’en aurai encore. Dussé-je en mourir.

La seconde vague déferle. Je tombe par terre et roule sur le dos. Todora me surplombe. Elle vit toujours. Les larves, elles, se recroquevillent dans de nouveaux cris stridents. Je crois qu’il n’y a plus de démons de papier… je crois, mais je ne vois plus…

― Orlan ! Orlan ! Par le ciel, Orlan, est-ce que tu m’entends ? Dis-moi que tu m’entends !

La voix de Todora me tire de mon inconscience. J’ai besoin de sommeil. Puis je me souviens. Les larves. Les démons. J’ouvre les yeux, je me redresse, en panique. Je roule sur le ventre et parviens à me relever tout en regardant autour de moi, la vue brouillée par un mélange de larmes et de fatigue. Ils sont partis. Il n’y a plus rien. Plus que Todora, toujours accrochée à son arbre. Je tâtonne pour récupérer mon épée au sol, je la soulève en geignant. Je la dresse au-dessus de ma tête et je l’abats sur la première corde, qui cède. J’en fais autant avec la deuxième, avant de m’écrouler au sol une nouvelle fois. Je suis faible comme un nouveau-né, mais j’ai réussi. Je le réalise enfin : j’ai réussi !

Bien sûr, le mage à l’origine de cette attaque se trouve toujours quelque part. Tapi dans l’ombre, peut-être même loin d’ici. Il ne faut pas traîner. Il me reste tout juste assez de magie pour défaire le sortilège du cadenas qui maintient la chaîne. Elle tombe par terre et Todora s’affaisse. Je la récupère. Mais elle a beau être légère, elle est encore trop lourde pour mes bras affaiblis. Nous nous écroulons sur le sol jonché de démons de papier démembrés. Je trouve juste la force de chercher ses lèvres et d’y déposer un baiser.

― On ne doit pas rester là, lui dis-je. Il pourrait en venir d’autres.

― Mais qu’est-ce que c’est, Orlan ?

Sa voix se brise en un sanglot. Je ne peux m’empêcher de me sentir coupable. Tout cela, c’est ma faute.

― Des démons créés par un mage. Je suis désolé, Todora, tu as servi d’appât. C’était moi qu’il voulait. Je n’aurais pas dû te cacher que j’étais un mage.

― Ce… ce n’est pas grave.

― Si, ça l’est. Il s’en trouvera toujours pour essayer de s’accaparer ma magie. Et pour cela, tu constitues une cible de choix. Tu as toujours été en danger, et je ne t’ai pas donné les clés pour t’en protéger.

Je la regarde. Qu’elle est belle ! Son visage angélique, ses doux cheveux roux qui lui tombent à la taille… Sa beauté et sa fragilité me bouleversent. Et je ne peux que constater combien sa peau si blanche a été lacérée par les démons de papier. Des traînées sombres, que je devine être du sang, dessinent un morbide quadrillage sur tout son joli corps. Je me déteste. Au bout de six mois, j’aurais dû savoir qu’elle comptait assez pour mériter toute ma protection. J’hésite, mais je sais ce que j’ai à faire. Ce que j’aurais dû faire bien avant.

― Todora…

― Chut, Orlan. Qu’importe. Allons-nous-en d’ici. Je veux rentrer chez moi. Tu as l’air épuisé, je vais t’aider à marcher.

― Non, Todora, écoute-moi… Si jamais… si jamais cela se reproduisait… Il y a un moyen de m’appeler. De me faire venir à toi, avant que l’ennemi ne m’envoie une lettre de rançon. J’aurais pu te sauver plus tôt, si je te l’avais enseigné. Des heures plus tôt.

― Que… comment ?

Je vois un sourire se dessiner sur ses lèvres, comme si elle retenait sa joie. Todora est heureuse que je lui confie un de mes secrets. Je souris à mon tour. Et puis… et puis je doute, je me demande pourquoi on sourit alors que l’instant est si grave, mais je dois me lancer, je dois faire ce que jamais je n’ai fait auparavant.

―  Je ne m’appelle pas Orlan Seizegger. C’est un faux nom. Je…

Que c’est dur. Que c’est dur ! Pourquoi est-ce si dur de confier son âme à quelqu’un ? Mais elle me sourit, m’encourage à continuer. Je ne me sens pas très bien. Je ne suis pas sûr d’avoir raison de faire ce que je fais. Mais après tout ? Pourquoi ne pas en prendre le risque ? Je l’aime, et l’amour réclame cette dévotion et cette confiance. Je l’ai déjà trahie. Désormais, je suis prêt à me livrer tout entier.

Je me penche pour parler à son oreille, et je chuchote :

― Mon vrai nom est Shan Theli.

Alors tout bascule. Todora se relève en riant. Elle me surplombe, et je ne comprends pas ce qui se passe.

― Shan Theli ? Sérieusement ? Je me doutais que tu étais un mage puissant, mais vraiment, un Theli ?

Elle rit de plus belle.

― Et désormais, tu es à moi.

La chaîne qui gît au pied de l’arbre s’élève et se coupe en cinq morceaux. Le sol vacille. Je devrais réagir, mais j’ai déjà tout donné. Je n’ai plus de magie disponible. Je pense que je dois la protéger, elle, Todora, mais soudain je comprends.

Je comprends.

La forêt disparaît pour laisser place à une cellule de pierre. Oh, oui, j’ai compris.

Des bracelets enserrent mes poignets et mes chevilles. Les chaînes viennent s’y fixer et plongent dans le mur pour m’y plaquer. J’en ai le souffle coupé. J’évite de peu que ma tête ne se cogne.

Une odeur de pourriture me saisit le nez. Oh, ciel, je comprends mon erreur.

La dernière chaîne plonge dans mon cœur et vole jusqu’à un énorme sablier qui trône au milieu de la cellule. C’est douloureux et effrayant à la fois. Je crois que je vais mourir.

Et Todora est là. Elle me regarde et elle rit.

Je lui ai offert mon âme en lui donnant mon nom. J’en ai pris le risque. Et j’ai perdu. Elle était là, l’ennemie, depuis le début. Todora s’approche de moi, belle, rayonnante, démoniaque. Je perçois un mouvement, je sens tout juste le choc sur ma tête et je…

#

Je mets un temps à comprendre d’où vient cette obscurité. Les images du combat me reviennent. Où est Todora ? La question m’arrache de ma somnolence. Je panique. L’ont-ils emmenée ?

Et puis je me souviens. Et je vois la chaîne qui scelle mon cœur au sablier. De petits points lumineux la traversent et viennent remplir l’immense artefact.

Je m’effondrerais, si je n’avais pas les poignets maintenus par ces maudites chaînes.

Je ferme les yeux, retiens le cri de chagrin qui se presse dans ma gorge. J’essaie de comprendre. Qu’est-ce qui m’a échappé ? Quelle erreur ai-je commise ?

La Todora que je connais n’aurait jamais fait cela. Todora est douce, aimante. Attentive. Elle adore les animaux, s’enchante d’un rien. Ce n’est pas une sorcière. Alors ?

Que se passe-t-il ? Est-elle sous l’emprise d’un sortilège ? C’est probable. Il faudrait que je trouve un moyen de me sortir de là, et de l’aider, elle aussi. Encore faut-il que je comprenne le piège. J’observe.

La cellule est carrée. Un banc en fait le tour. Je suis assis dessus. Il y a des anneaux au mur. Pour y mettre plus de prisonniers ? Sans doute, il y a de la place pour beaucoup. Je regarde à quoi je suis moi-même accroché. Oui, c’est cela. Les mêmes anneaux. D’accord. Je suis donc dans une cellule qu’un mage a construite pour récupérer la magie de ses victimes. C’est à ça que sert le sablier : il récolte. Il ne mesure pas le temps : il engrange de la magie. J’ai eu peur, un instant, qu’il ne se soit agi d’une sorte de compte à rebours fatal. Il y a eu des antécédents, pour ce que j’en sais. Si tu ne peux pas tuer un mage, laisse un artefact le faire à ta place. Mais il ne s’agit pas de cela. C’est peut-être plus pernicieux encore. En l’état, je n’ai pas assez d’éléments pour déterminer si je cours un danger immédiat. Je me garde donc d’agir trop vite. Il ne faudrait pas que ma propre magie se retourne contre moi.

Je continue mon examen. Les murs sont décorés. Quelqu’un a dessiné sur les murs. À la craie : je vois les petits bâtons colorés par terre, près du mur à ma gauche. L’humidité a suinté sur les dessins, mais la plupart du motif reste visible. Un faux drapé évoque des tentures rongées par les mites. Je distingue des statues en vert-de-gris. Et un canapé de velours cossu. On s’y sentirait presque bien, s’il n’y avait ce portrait d’une âme torturée juste à côté de moi. Je grimace. Elle m’évoque trop ma propre situation.

J’ai donné mon vrai nom. Mon nom magique. Bon sang, mais pourquoi ai-je fait cela ? Parce qu’il le fallait. Ou plutôt, parce qu’on m’a soigneusement amené à le penser. Les événements de la veille me reviennent dans l’ordre. Le sentiment de panique qui m’a obligé à rentrer chez moi. Le mot trouvé à côté du cadavre de mon familier. Nextrayl, mon pauvre panda roux. C’était sa mort que j’avais sentie. Et le mot. Ce n’était pas l’écriture de Todora.

Je te convie à un duel de magie, Orlan Seizegger. Ce soir, en haut de la colline. Ne songe pas à te défiler, ou tu trouverais le cadavre de ta femme dépecé avec bien plus de soin que celui de ton familier.

C’est alors que j’ai commencé à courir. J’aurais dû appeler de l’aide, convier mes frères Theli à la curée. Mais j’ai eu peur ? J’étais en colère ? Je me l’avoue, j’ai paniqué. À cause de Todora. Et Todora, elle, pendant ce temps-là, elle faisait quoi ? Est-ce qu’elle se faisait envoûter, ou bien… ou bien est-ce qu’elle découpait des silhouettes vaguement humaines dans du papier pour préparer l’armée qui m’attendait ?

Je refuse d’envisager cette possibilité. Six mois. Six mois, c’est assez pour connaître quelqu’un. Pour passer la magie des premiers instants et comprendre que, malgré les défauts qu’on lui découvre, cette femme est la bonne. Todora réclame mon amour en permanence, mais c’est parce qu’elle a peur de ne pas être aimée. Et pourtant !

Une larme glisse sur ma joue. J’essaie de l’essuyer, mais mes bras sont coincés par les chaînes.

Pourtant je l’aime, oh ! ciel ! que je l’aime ! Elle est si belle, si intelligente, si drôle ! Je ferme les yeux et je revois ses cheveux étalés sur son oreiller, quand, après l’amour, nous nous enlaçons pour nous câliner avant que le sommeil nous gagne. Je donnerais cher pour être dans notre lit et caresser ses boucles rousses. Je ferme les yeux et me laisse envahir par la rêverie. Un sourire m’échappe bien malgré moi, et la douleur me rappelle à l’ordre : le flux de lumières qui se propage le long de la chaîne s’est intensifié. Le sablier aspire de moi ce qui me console. Alors je pleure.

#

J’entends s’ouvrir la porte. Elle m’arrache de ma torpeur. Un fol espoir me traverse. Je songe à la liberté. Quand je vois Todora s’avancer dans la cellule, fière et conquérante, un chat autour du cou, le doute me submerge. Todora ? Avec un familier ? Une part de moi comprend que ce que je peux envisager de pire est la triste vérité : Todora est une sorcière, et elle s’est jouée de moi. Mais l’autre part refuse de l’envisager. Il y a une explication, seulement je ne sais pas encore laquelle. Mais il y en a une.

Elle avance à petits pas, narquoise.

― Alors, Shan Theli ? me dit-elle. Comment te sens-tu ?

Elle montre du bras la cellule autour de moi.

― Ta chambre est-elle à ton goût ?

Et elle éclate de rire.

Je réfrène tous les sentiments qui me traversent : colère, peur, incompréhension. Amour, aussi. Celui-là m’oppose plus de résistance. Je suis bien obligé de l’aimer. C’est elle, c’est Todora. Elle n’a pas changé. Son attitude, peut-être, mais c’est tout de même la femme que j’aime.

J’essaie d’être drôle. Pour la voir sourire, peut-être.

― C’est un peu humide, mais j’aime bien la déco…

― N’est-ce pas ? C’est le type qui était là avant toi qui l’a faite. Il avait si peu de magie… il n’est pas resté longtemps. Juste ce qu’il fallait pour l’attaque de ce soir. On ne m’y reprendra plus. Avec un Theli, je vais avoir de la magie pour combien de semaines ? Quelques mois, peut-être.

Je ne me départis pas d’un faux sourire décontracté. Elle parle. J’ai peut-être moyen d’en savoir plus.

― Et… tu comptes en faire quoi, de cette magie ?

― D’après toi, pauvre imbécile ? Je vais m’en servir.

― Mais… tu es magicienne depuis quand ?

Elle rit.

― Bon sang, Shan, mais… est-ce que tu es lent ? Je le suis depuis toujours. Le clan des piégeurs. Ce n’est pas évident ? Il te faut quoi, pour que tu comprennes ?

Le clan des piégeurs. Oh… non… j’aurais dû comprendre. J’aurais dû. Faut-il que je sois aveugle ? Ou imbécile ? Todora est une magicienne. Mais son corps, contrairement au mien, ne créé pas de magie. Alors elle doit en prélever chez d’autres. Ce qui veut dire…

― Alors, tout ce temps, tu m’as menti. C’était ce que tu voulais depuis le début ?

― Ton nom ? C’est tout ce qui m’intéressait. Maintenant que je l’ai, tu ne me sers plus… à rien.

Elle s’approche un peu plus, se penche au-dessus de moi. J’ai une vue imprenable sur son cou délicat, la naissance de ses seins. Je sens son parfum fruité. Une mèche de ses cheveux me chatouille le front. Le doux picotement du désir m’envahit. Je ne m’en croyais pas encore capable, après tout ce qu’elle vient de me dire. Bon sang, je devrais avoir envie de la tuer. Au lieu de cela, je relève mon visage vers le sien. Je regarde ses grands yeux verts, innocents, malicieux. Ses lèvres charnues au rose poudré. Si peu de distance les sépare des miennes… mais je me retiens. J’espère encore qu’elle va m’embrasser, avoir ne serait-ce qu’un infime geste de tendresse. Ces six mois… ce n’était pas du vent, tout de même ? Il y avait des sentiments. Elle les partageait forcément, c’est obligé. On ne peut pas simuler à ce point.

Elle s’approche, centimètre après centimètre, et dépose sur mes lèvres un doux baiser. Oui… je le savais. Une vague de chaleur me traverse. Tout n’est pas perdu. Tant qu’il reste de l’amour, je peux arranger les choses. Je contrôle ma joie tandis que j’attrape sa lèvre inférieure entre les miennes. J’ai… toujours adoré faire ça. Le pouvoir encore suffit à mon bonheur.

Tout va bien.

Tout va bien.

Je vais bientôt reprendre la situation en main.

Le chat saute à mes côtés tandis que Todora se redresse, mettant fin à notre baiser. Trop court, ce fut bien trop court, mais je m’en contente.

Et la douleur revient, m’oblige à me plier en deux tandis qu’elle rit, encore, de ce rire atroce qui lui ressemble si peu.

― C’est si mignon. Continue, Shan, remplis ce sablier. Sois sage et tu seras peut-être récompensé.

Elle me tapote la joue et s’en va, le chat sur les talons. Je reste seul. Seul dans l’obscurité, éclairé par ma magie qui s’écoule le long d’une chaîne. Et j’ai envie de mourir.

#

Tous ces projets, ces promesses, soufflés comme une flamme de bougie sous la tempête. Il n’en reste plus rien, rien que le néant, un vide abyssal qui enfle. Les lumières ne circulent plus. Tout de même, je sens que la magie revient. Petit à petit, mes forces se reconstituent. J’évite de penser à elle. Chaque pensée que je lui adresse lui offre un peu plus de magie.

Je ne sais plus quoi faire. La contenter ? Ou lutter ? Sois sage, et tu seras récompensé, a-t-elle dit. Mais j’ai envie de tenter le tout pour le tout.

Je concentre ma magie dans mes mains. J’ai le sortilège de déverrouillage au bord des lèvres. Pourtant j’hésite.

Sois sage.

Je m’ébroue. La garce, elle me manipulerait jusqu’au bout ! Je le lance. Tant pis. J’y mets tout ce que j’ai.

« Soloryevaram tuklesh abissalash, noviemtebyem nyoromissah-la. »

J’attends. Et j’observe, consterné, la magie lumineuse qui s’accumule dans mes poings en petites sphères orangées, remonter le long de la chaîne qui part de mon cœur.

Non, non, non, non ! Alors, quoi que je fasse, elle gagnera, c’est ça ? C’est ça, le talent des piégeurs, te mener dans une impasse où quoi que tu décides, tu fais leur jeu ? Je donne de grands coups de poing dans le mur.

Je mets quelques minutes à me calmer. Peut-être, au fond, vaudrait-il mieux que je lui donne ce qu’elle me demande. Que je remplisse ce sablier. Avec ma tentative, j’en ai déjà beaucoup fait. Les sphères de lumière virevoltent derrière le verre. Mais comment poursuivre ? Avec mon amour, ou avec ma haine ?

Je pèse les deux options, et je comprends que je n’ai de toute façon pas le choix. Je l’aime. J’avais décidé avant même d’être enfermé dans cette cellule. Mieux : je m’y suis enfermé moi-même, en lui donnant mon nom.

Donner son nom à quelqu’un, c’est se mettre en position de vulnérabilité. En le faisant, on sait qu’on fournit à l’autre l’arme ultime pour vous trahir. Je l’ai fait en toute connaissance de cause. J’accepte mon destin.

Je t’ai donné mon âme, tu veux ma magie, tiens, je te la donne. Mais aime-moi en retour, Todora, je t’en supplie. Aime-moi en retour. Je peux te donner tout ce que tu voudras, si tu m’acceptes à tes côtés.

#

Elle déboule dans la cellule, furieuse. Je ne sais même pas si on est le matin, le soir, ni depuis combien de temps je suis là.

― Tu me fais quoi, là, Theli ?

Je la regarde, hagard. Je la vois floue. Plus la force de faire le point.

― Rien. Je fais rien.

Elle ricane, méchante.

― Je vois bien que tu ne fais rien !

Elle m’attrape les cheveux. Là je la vois mieux. Elle n’est plus si belle, quand elle est en colère. Ça ne lui va pas. Ça me rend triste.

― Je n’ai plus… de magie…

― Tu en as forcément, sans quoi tu serais déjà mort ! Crache, Shan ! Crache-la ! J’en ai besoin !

― Je ne peux pas, Todora. Tu en prends trop. Je n’arrive pas à compenser.

― Bien sûr que j’en prends ! J’en ai besoin !

Je souris, mais ça doit être un sourire triste.

― Pour quoi faire ? Piéger le prochain ?

― Oh, je vois. Tu ne veux pas être remplacé, c’est ça ? Mais moi je t’ai déjà oublié, Shan !

Elle me hurle à la figure. Je plisse les yeux.

―  Je t’ai déjà oublié ! Si tant est que j’aie pensé à toi un jour ! Alors, crache !

J’ai l’impression de me racornir.

― Je peux pas… je n’y arrive plus.

Elle me lâche. Elle fait les cent pas dans la cellule, s’arrête parfois pour me regarder.

― Je sais ce qu’il te faut, dit-elle au bout d’un moment, apaisée.

Elle sourit et ça me fait plaisir, et je me déteste pour ça.

― Colhyor ?

― Pardon ?

Je comprends qu’elle parle à son familier quand celui-ci saute par terre.

― Va me chercher quelques fées. Shan a besoin d’espoir.

Elle se tourne vers moi et me sourit. Mais il n’y a pas la moindre affection, dans ce sourire.

― On va lui en donner.

Je ne comprends pas ce qu’elle dit, mais je n’ai pas la force de poser des questions.

#

J’entends le bruit de la porte, mais elle ne s’ouvre pas. Ce n’est qu’en voyant Colhyor que je devine la présence d’une chatière. Il tient quelque chose dans la gueule, qu’il pose sur le sol. Ça bouge encore, et ça a beau être petit, cela semble humain. Une fée. J’ai un haut-le-cœur.

La pauvre créature lève la tête et me regarde. Je vois alors une fine chaîne d’argent se construire entre son cœur et le mien.

Le chat repart. Je ne sais quoi faire, ni que dire.

Shan Theli…

J’entends cette voix qui infiltre mes pensées et je sursaute.

― C’est toi qui parles ?

Oui…

La fée essaie de se relever. Elle est vraiment minuscule. Si fragile, dans sa robe de pétales de lys. Et elle est là à cause de moi. Je m’en veux. Terriblement.

Ce n’est rien, Shan Theli. Je ne suis pas là à cause de toi. Je suis là parce que la sorcière veut ta magie.

― Et qu’est-ce que tu peux y faire, si je n’arrive pas à la lui donner ?

Les fées ont le pouvoir d’insuffler de l’espoir. C’est ce qu’elle veut. Que tu reprennes espoir.

Espoir en quoi ? En la possibilité de retrouver ma Todora, celle que j’aimais, celle que cette sorcière a tuée ? Comment pourrais-je espérer qu’elle m’aime encore ?

C’est cela. C’est cet espoir-là qu’elle veut réveiller en toi. Parce que tant que tu l’aimes, ton cœur reste à elle.

― Quelle importance, puisqu’elle a mon nom ?

Si cela suffisait, elle t’aurait déjà vidé. Mais n’aie crainte. De l’espoir, je vais t’en donner. Mais pour cela, il faudrait que tu abandonnes tes illusions.

― Quelles illusions ?

Todora. C’est cela l’illusion ultime. Elle ne l’a pas tuée. La Todora que tu aimais n’a jamais existé. Elle n’était qu’un mensonge en lequel tu avais trop envie de croire. Fais ton deuil, Shan Theli. Abandonne le mensonge, cesse de t’y accrocher. La sorcière commet une erreur, tu peux l’utiliser contre elle.

― Comment ?

Je te l’ai dit : abandonne cette illusion. Et tu pourras te libérer. Voilà l’espoir que je peux te donner, et je ne peux guère faire plus.

― C’est tout ?

Je me rends compte que je ne suis pas très sympathique avec cette pauvre fée. Mais leur réputation de donneuses d’espoir est bien usurpée si c’est là tout ce qu’elle peut faire. Je me sens toujours aussi désespérée.

Oui, c’est tout. Il n’y a pas d’autre vérité, Shan Theli. La chaîne qui relie ton cœur à la machine, tu l’as créée toi-même. Seules celles qui te relient à ce mur sont le fait de ton nom. Seul toi peux en prendre conscience.

― Tu te trompes. Quand j’essaie d’utiliser ma magie, ces bracelets l’absorbent. C’est grâce à la magie de mon nom qu’elle me maintient prisonnier.

Un nom, peuh ! Ce n’est qu’un sortilège de plus ! Je connais ton nom, je peux le lire dans tes pensées, et pour autant, est-ce que je parviens à t’imposer ma volonté ? Il n’est de plus grande magie que celle du cœur, et elle l’utilise contre toi. Oh, elle, elle n’est pas dupe de ce qu’elle fait. Elle te fait languir par son absence, te laissant à ton imagination. Alors tu te sers ce que tu crois savoir d’elle : tes souvenirs. Teintés d’amour. Un vaste mensonge, auquel tu as trop envie de croire. Todora n’est pas morte. Elle n’a jamais existé. Elle a toujours été ce monstre qui tue pour engranger du pouvoir. Tu peux lutter.

― Mais comment ?

Brise la chaîne de ton cœur. La magie n’aura nulle part où aller : elle sera bien obligée de faire son office. Laisse-moi t’aider.

Je vois de minuscules points verts remonter de la chaîne d’argent. J’ai envie de lui crier d’arrêter. Et si elle se vide de sa magie tout comme Todora veut que je me vide de la mienne ? Y survivra-t-elle ?

Ne t’en préoccupe pas. Si je meurs, libère-toi et venge-moi.

Le flux s’accentue et pénètre enfin mon cœur, qui se gonfle d’espoir. J’entrevois un nouvel avenir. Un avenir où Todora n’est pas présente, mais qu’importe ? Je suis Shan Theli, et je n’ai besoin de personne pour être heureux. Aucun besoin, non. Si je dois aimer de nouveau un jour, ce sera par envie, pas par besoin. Je peux être seul. Je n’ai pas besoin d’elle. Je n’ai pas besoin de toi, Todora, sale garce !

La chaîne qui relie mon cœur au sablier se délite. Peu à peu, elle s’effrite, et tombe en poussière. J’essaie de m’écarter du mur, mais les bracelets me retiennent toujours. Je crie.

« Soloryevaram tuklesh abissalash, noviemtebyem nyoromissah-la ! »

Les bracelets tombent au sol. Je les regarde, hébété. Alors, c’était vrai ?

Je me précipite vers la fée. Je ramasse son pauvre petit corps que le chat a disloqué. Juste à temps pour recueillir son dernier souffle.

Je pleure. Il n’y a rien qui pourrait retenir mes larmes. Ce petit être m’a montré ce qu’était réellement l’amour. J’étais prêt à donner ma vie, moi aussi, il y a peu, mais pour de bien piètres raisons. Je la serre dans mon poing, mais pas trop, pour ne pas l’écraser plus. Et je lève la tête. Je regarde le plafond. J’ignore ce qu’il y a au-dessus. Et cela m’importe peu : le sortilège vient tout seul.

« Solsueran amadabaram nyoveteryë ermansüu. »

Le cercle de magie se dessine en caractère lumineux. Ma magie renaît. Je renais. Je suis à nouveau moi-même. Qu’il est bon de se retrouver. Je jette un dernier coup d’œil à ma petite fée avant que le plafond n’explose. Ses moellons s’envolent. Ils iront le plus haut qu’ils pourront, le temps de me laisser un passage.

De la lumière filtre à travers les pierres. Je comprends qu’il s’agit de celle de la lune. J’ai donc passé un mois dans cette cellule ? Un mois à me morfondre, à attendre des signes d’amour de cette garce qui ne m’a jamais aimé ? Ma colère est sans nom. Ce n’est même plus la colère de Shan Theli. Elle vient de loin. Elle vient des montagnes, de la forêt, de toutes les créatures qui y habitent et ont vécu, un jour, sous le joug d’un monstre. À peine me suis-je retrouvé que je me perds à nouveau, mais cela n’a plus d’importance : j’ai une vengeance à exercer.

Le picotement qui court le long de mon épiderme m’informe que j’ai retrouvé mes tatouages de Theli. J’invoque mes ailes de lumière et les sens se déployer dans mon dos avec délice. Je m’élève d’un battement et découvre que je suis dans une sorte de puits… non ! Un donjon. Il y en a, des donjons, en ruine, dans la région. Cela ne me dit pas où je suis. Mais qui dit donjon, dit autres bâtiments. À nous deux, Todora ! Tu voulais me donner de l’espoir ? Merci ! Tu n’es sûrement pas aussi intelligente que tu le crois, pour avoir ainsi signé ta propre perte.

Le ciel est enfin à moi. Je pourrais me laisser griser par cette liberté retrouvée, mais le petit corps que je tiens dans la main me rappelle ce que j’ai à faire. Je scrute les environs, trouve aussitôt une lumière dans un manoir à quelques dizaines de mètres de là. Je vole dans sa direction. La lumière provient d’une grande rosace sur la façade. Je n’ai pas le temps ni l’envie de faire dans la dentelle. Je traverse la vitre. Je me ris des coupures.

Elle est là. Elle se prélassait dans un trône de velours, son chat sur les genoux. Ah, elle fait moins la maline ! Elle recule, mais sur un fauteuil on ne peut aller bien loin. Il me suffit de quelques pas pour la rejoindre et enserrer son si joli petit cou entre mes mains.

Il me suffirait d’une pression pour la tuer.

C’est si facile de se venger.

C’est si monstrueux, aussi. La fée que je tiens dans la main me rappelle qu’il existe des sentiments plus nobles que la passion et la vengeance.

Son regard croise le mien. Les yeux de Todora. Je sais qu’il ne s’agit que d’une illusion.

Mais je ne peux pas m’y résoudre. Je ne peux pas la tuer.

#

Le château du dernier des piégeurs se dresse devant nous. Je pense qu’il sait que nous arrivons, et qu’il sait aussi qu’il n’a pas la moindre chance. Que pourraient des démons face au clan Theli au grand complet et l’armée de fées qui nous accompagne ?

Nous avons encore une chance de libérer un mage, ou une créature féérique, ou quoi qu’il aura de dissimulé dans sa cave, comme nous l’avons fait avec ses petits camarades. Todora n’était que la première, et avec l’expérience, nous avons appris qu’un piégeur, ça parle facilement. Ils se sont tous balancés les uns après les autres. S’ils savaient ce qu’est l’amour, ils seraient plus soudés. Mais cela, ils auront tout le temps de l’apprendre dans nos prisons.

Je ne peux réfréner un sourire. Ma petite fée, cette victoire est pour toi.

FIN

L’auteur : Enfant, Tesha Garisaki avait deux rêves : devenir écrivain et magicienne. Son bac en poche, elle déserte hypokhâgne pour entreprendre des études d’anthropologie et de psychopathologie, pour finalement se spécialiser en psycho-anthropologie de la magie. Après moult enquêtes de terrain où on lui trouve un certain talent pour faire bouger les verres sur les planches oui-ja, elle décrète que cela manque de dragons et qu’elle s’ennuie ferme. Elle abandonne ses pérégrinations scientifico-occultes pour s’installer dans le grenier d’un immeuble bourgeois, infesté de livres – et de moustiques, hommage à la forêt Amazonienne où aimerait s’aventurer un jour. Elle y écrit Générations, un roman qui parle de magie, de réincarnations… et de dragons !

Kindle

9 thoughts on “Shan Theli, par Tesha Garisaki

  1. Fantastique avec romance, merci de m’avoir fait rêver encore. 😉

  2. Une épée magique, je ne le crois pas ! :p ton armée de papier m’a séduite tout autant que ton train runique et j’avoue que ton mage ailé qui a le vertige m’a bien fait rire. Bref une histoire qui te ressemble : épique et pleine de rebondissements

  3. Pingback: Tesha Garisaki | Les 24 Heures de la Nouvelle

Laisser un commentaire